Coacher une personnalité « Rebelle ».

Avantages et (existe t-il réellement?) désavantages pour le coaching des personnalités « REBELLES »

De Sebastián -
 
Le coaching d'un rebelle
Le coaching d'un rebelle

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un coach à Casablanca

Le coaching d’un rebelle, par un rebelle lui-même

Quelque temps, déjà, que je ne me suis pas réellement penché sur le sujet, à savoir: le coaching des salariés. 

En 1998, alors que je venais juste d’arriver en France, nous étions peu de coachs à travailler en entreprise. Fin des années 2000, si ma mémoire est toujours bonne, est né le chèque emploi service universel (CESU). La mise en application du CESU a été l’occasion rêvée; pour l’état, de faire rentrer dans le blanc des impôts à tous les travailleurs en noir; pour les petits travailleurs et chefs d’entreprise en herbe, il était désormais possible de déclarer des revenus (avec certaines avantages) et de donner ainsi de la légitimité à leur travail secondaire. A présent, il est possible de déduire du montant des impositions, tout l’argent destiné auparavant au travail au noir.

Une niche fiscale nouvelle, où tout le monde sort gagnant… Ou presque!

Il s’est avéré que en un rien de temps, le mot coaching est devenu à la mode, et on a vu proliférer, des coachs en toute sorte: coach gym, coach image, coach amour, coach drague, coach je fais les choses à ta place, coach je t’accompagne pour faire les courses au supermarché… Curieusement et lamentablement, la magie du mot coaching perdait de son charme, à mesure que des coachs improvisés dans toute forme d’activité naissaient.

Face à cette déferlante des « pseudo-coachs-improvisés » en France, un groupe de professionnels, dont moi-même, nous sommes rebellés du système, décidant ainsi de ne plus nous faire appeler « coach ». Dans mon cas, cette décision à été accompagnée d’un abandon total du métier de coaching individuel. Voilà pour ma facette « rebelle » professionnelle. 

Quel est le bilan que j’établis de cette période? 

Il est plutôt positif, cette décision a nécessité d’une grande adaptation, d’intégrer des nouvelles capacités et de faire preuve de beaucoup d’imagination et de créativité. Un seuil inconvénient, parfois le coaching me manque!

Parlons processus: De nature "Travaillomane", je me suis transcendé en ayant une attitude "Rebelle" (selon les concepts abordés en Process Communication).

Pas si rebelle, le rebelle!

Lors d’une conversation thérapeutique avec l’un de mes paires, nous mimes en évidence que nous sommes tous, à tour de rôle: narcissiques, paranoïaques, psychotiques, sadiques, masochistes... À des degrés différents et à des moments différents. 

Au travail:

- Après une « mise à point » par son manager, un cadre peut avoir le sentiment qu’il se fait persécuter par son équipe de direction: Il devient alors un peu « Paranoïaque ».

- En prenant soin de « bien s’habiller » pour faire bonne impression lors d’un entretien annuel de motivation, le salarié est un peu « Narcissique ».

- Le salarié qui prends la décision de ne plus adresser la parole à l’un de ses collègues de travail, pour « lui faire payer » une maladresse, est un peu « Sadique ».

- La bonne poire qui se fait maltraiter par tout le service, en ne réagissant pas et en baisant la tête, est un peu « Masochiste ».

A la maison:

- A tour de rôle, le couple est un peu « Sadique » et « Masochiste », lorsqu’il se dispute.

- L’homme devient un peu « Paranoïaque » quand il est jaloux.

- La femme est un peu « Narcissique » quand elle se « produit » pour « son homme ».

Avez-vous remarqué l’utilisation des mots « un peu », de façon répétée dans le texte? 

Redondance assumée, pour mettre en évidence que l’homme, tout au long de ses journées, passe par des états différents sans que cela puisse être considéré comme étant pathologique.

Qu’est-ce qui différencie une personne malade d’une personne en bonne santé mentale? Ses capacités d’adaptation!

Au même titre que nous pouvons être pathologiques, nous savons aussi être charmants, attentionnés, bienveillants, coopératifs, doux, flemmards… C’est ce que j’aime décrire comme étant « un éventail de possibilités, « des rôles » que nous sommes capables de jouer ». C’est la flexibilité, la plasticité comportemetale.

Composer avec un rebelle c’est "possible", mais pas toujours "évident" (?)

Dans un article paru dans un journal économique du Maroc, il était question de nommer toutes les difficultés à interagir avec un rebelle, mettant en évidence que "la collaboration" avec une personnalité "rebelle" pouvait être pénible et compliquée. 

Pour valider cette thèse, l’auteure faisait référence aux techniques de Process Communication.

C’est l’oeil de l’observateur qui détermine l’observation

Ou plus simplement expliqué: si vous pensez que votre interlocuteur est débile, alors vous le percevrez comme un débile!

Je ne pense pas que Taibei Kahlier, le papa du Process Communication, cherchait simplement à mettre des étiquettes sur les gens selon leur profil. Je suis convaincu, qu’il cherchait à mettre en évidence le fait que dans certains contextes et dans des durées déterminées, nous adoptons des comportements (attitudes face aux aléas de la vie) et que ces modes de comportement possèdent des similarités, des « points forts » et des « points faibles », des adaptations possibles en situation de stress et en situation de confort. 

Voir le verre à moitié plein…

…Ou voir le verre à moitié vide, est une expérience subjective, qui tient compte de notre capacité à percevoir la réalité (la réalité du verre est toujours la même, son taux de remplissage ne change pas, il est toujours rempli de moitié). 

Ainsi, ne voir que des difficultés lorsqu’il s’agit de tenir compte des différents profils proposés par le Process Communication, est à mon sens une absurdité énorme, mais pas aussi énorme que celle de croire que nous nous comportons de la même façon à la maison comme au travail, dans notre vie privée comme dans notre vie publique et que nos somportements sont une constante invariable.

Mettre une étiquette à l’Homme, réduit ce dernier à l’énoncé de son étiquette!

En cherchant à nous faciliter la compréhension de l’Homme, nous nous empêchons de percevoir l’étendue de sa complexité et par là, de voir agir la magie des techniques qui sont censés aider l’homme à se développer.